lundi 30 novembre 2015

Presque 8 mois d'allaitement, petit bilan !

Si lors de la naissance de Petit Coeur on m'avait dit que le 1er décembre il serait toujours allaité, j'aurais bien rigolé tellement ça m'aurait semblait invraisemblable...

Les premiers mois ont été difficiles et plus d'une fois j'ai douté et j'ai voulu tout stopper. Mais il est vrai que plus le temps passe plus les choses sont simples, moins on se prend la tête et l'allaitement maternel devient beaucoup plus agréable et facile à gérer.

Soyons honnêtes, si mon bébé n'avait pas été allergique à la protéine de lait de vache ou s'il avait accepté facilement les alternatives (hydrolysat et lait de riz) je crois que j'aurais arrêté il y a quelques temps maintenant.

Mais voilà, dans la vie on ne maîtrise pas tout (bien heureusement) et je suis contente (et fière) d'allaiter bébé si longtemps.


Aujourd'hui je peux donc faire un petit bilan et en repensant aux débuts je m'aperçois que bien des choses ont changé :

avant il tétait 8 à 10 fois par jour / maintenant 4-5 fois grand max

- avant je m'inquiétais de la prise de poids de bébé et je le pesais tous les 3 jours  ! / maintenant 1 fois par mois chez le pédiatre ça me suffit largement.

- avant je mourais d'envie de faire des tétées-pesées pour savoir combien il avait pris / maintenant j'ai confiance.

- avant j'allaitais bébé avec des bouts de sein en silicone / maintenant c'est au naturel.

- avant il mangeait la nuit / aujourd'hui il n'en a plus besoin (sauf en cas de maladie).

- avant je culpabilisais de lui faire prendre un bib (de lait maternel) / plus maintenant, d'ailleurs tous les soirs il en a un avec des céréales dedans !

- avant les gens me félicitaient d'allaiter mon bébé / maintenant beaucoup me demandent quand est-ce que j'arrête.

- avant on me disait que je donner le meilleur à mon fils /  maintenant certains se demandent si mon lait est assez nourrissant.

- avant j'avais hâte d'arrêter / aujourd'hui j'ai un pincement au coeur en y pensant (d'autant que la fin est très proche)

- avant je pensais que le sevrage serait simple / euh aujourd'hui je ne sais pas trop comment je vais faire...

Mais le plus important c'est qu'au début j'étais stressée, énervée, angoissée, je me prenais la tête, je le faisais un peu pour les mauvaises raisons alors qu'aujourd'hui j'allaite bébé en confiance et avec grand plaisir.

Et vous, avez-vous noté des changements entre le début et la fin de votre allaitement ?







vendredi 27 novembre 2015

Rien que lui et moi

Oh que ça me paraîssait loin lorsque j'ai mis au monde mon petit bébé. Je me sentais sereine face à tout ce temps que nous avions devant nous. Mais voilà, en un claquement de doigt, nous y sommes.

La reprise approche à grand pas et nous commençons l'adaptation avec l'assistante maternelle mercredi prochain...

Cette semaine était donc la dernière rien que lui et moi. 
Alors croyez moi j'ai savouré à fond chaque moment. 

Au programme, sieste l'un tout contre l'autre (je crois que c'est ce qui va me manquer le plus d'ailleurs), matinée en pyjama à jouer, rigoler, raconter des histoires, écouter de la musique.
Du portage à gogo et de longues et belles ballades en poussette.

Bref aucun rendez-vous (sauf le pédiatre lundi... Maladie oblige ...). 
Rien que nous 2 pour un concentré de toutes ces petites choses qui font notre quotidien depuis plus de 7 mois.

Et même si je suis contente de retrouver le chemin du travail (mouais mouais contente c'est peut être un bien grand mot quand même !), 
mon coeur se sert à l'idée de ne plus passer chacune de mes journées auprès de lui.



Je t'aime mon petit chéri et je sais d'avance que tu vas terriblement me manquer 

lundi 23 novembre 2015

Malade pour la première fois...

Voilà quelques temps que je n'ai pas posté d'articles ici mais, comme pour beaucoup, le cœur et l'esprit n'y était pas.

De plus comme vous le savez peut être, si vous suivez mon compte Instagram, j'ai passé ces 2 dernières semaines en vacances en Corse chez mes parents. Et si les précédentes (au mois de septembre) ont été plus que reposantes, celles-ci ont été un peu plus difficiles ...

Tout d'abord, elles ont commencé par un petit accrochage en voiture dès le lendemain avec plus de peur que de mal bien heureusement mais ça a donné le ton de ce séjour ! Et oui parce que très rapidement mon petit coeur est tombé malade, pour la première fois...

Un bon gros méchant rhume qui s'est vite transformée en rhino pharyngite agrémenté d'une conjonctivite quelques jours plus tard pour finir par une petite otite aujourd'hui.

Alors déjà je suis un peu dégoûtée parce que je pensais que les bébés allaités ne tombaient pas malades... A croire que le coup de froid et l'humidité Ajaccienne n'épargnent personne...

Et je peux vous dire que je m'en serais bien passé (ma maman aussi pour le coup). Parce que la première nuit on s'en souviendra toutes les 2 ! Le nez encombré, qui coule, un bébé qui n'arrive pas à respirer et qui se réveille tous les quarts d'heure. Oui nous avons vécu une nuit P O U R R I E, la première d'une longue série. 

Outre la fatigue, voir mon tout petit bébé malade me fend le coeur. Devoir lui moucher le nez (même si c'est pour son bien) est une torture, je trouve à chaque fois dans son regard de la peur et  de l'incompréhension "mais pourquoi tu me fais ca maman ?" 

Je tente par tous les moyens de le soulager et de le rassurer, je le berce dès qu'il en a besoin, j'apaise ses pleurs nocturnes, je le prend tout contre moi à chacune de ses siestes. Surtout qu'il reste malgré tout très souriant mon pauvre petit coeur.

Aujourd'hui, 10 jours que ça dure. alors de retour à la maison, je me suis empressée d'appeler mon pédiatre d'autant plus qu'à tout ces petits bobos s'est ajouté un gros mal de ventre et de la fièvre.

Résultat le méchant rhume se transforme en petite infection on passe donc aux antibios. Pour ce qui est des coliques, elles seraient dues à l'homéopathie prescrit par le généraliste de mes parents et ces petites granules (qui ont d'ailleurs bien améliorées les symptômes de la rhino) contiennent du lactose -> mauvaise idée pour un bébé APLV.

Allez, j'espère que les antibios vont faire leur travail et que ça ne vas pas trop faire mal au ventre à bébé qui n'a vraiment pas besoin de ça...

Et vous, bébé a-t-il déjà été malade ? Comment ça s'est passé ?



jeudi 12 novembre 2015

Petit Coeur a 7 mois



Quelle grande étape ce mois-ci car mon bébé a passé autant de temps dans mon ventre qu'en dehors

Alors quoi de neuf ?

Niveau poids et taille :

Aux dernières nouvelles 8,200 kg pour 68,5 cm 


Niveau évolution et développement :

Il attrape ses genoux et ses pieds
Il sait se retourner du ventre au dos
Il se met sur le côté lorsqu'il est sur le dos
Il s'appuie de plus en plus longtemps sur ses petits bras lorsqu'il est sur le ventre
Il cherche a attraper tout ce qu'il voit et commence à comprendre qu'il peut se pencher pour prendre les objets convoités
Il veut toucher nos visages !
Il semble reconnaître son prénom
Il tient de mieux en mieux assis avec maintien et quelques secondes tout seul
Il adore toujours autant être debout


Et sinon, en vrac,

Petit coeur est toujours allaité en plus des purées et compotes qu'il boude certains jours.
On a commencé à introduire les protéines.
Au niveau du sommeil, on a beaucoup progressé
Le changement d'heure a été un peu rude
On continue le traitement pour son RGO jusqu'à ce qu'il tienne assis (au mieux)
Les dents travaillent toujours beaucoup mais rien à l'horizon.
On a quitté la petite baignoire pour rejoindre le grand bain familial
On fait de belles ballades en poussette, et petit coeur adore ça !



Ces 7 mois ont filés à toute vitesse, bien plus vite en tout cas que les 7 mois (et 1 semaine) de grossesse !

lundi 9 novembre 2015

Retour sur ces longs mois d'attente

Petit flashback sur notre parcours pour avoir notre petit bébé tant désiré et tant attendu.

Février 2013 : Notre voyage de noce en Thaïlande
Quel bon moment pour décider de stopper la contraception. On se dit que nous ne sommes pas pressés, que ça viendra quand ça viendra.

Fin mars 2013
Presque 2 mois sans pilule et toujours pas de règles, par contre l'acné fait son retour en force.
Je suis un peu inquiète, je contacte mon gynécologue qui m'affirme par téléphone que tout est normal.

Fin avril 2013
Face à cette aménorrhée qui persiste, ma généraliste me prescrit une échographie pelvienne.
Bilan : j'ai des ovaires polykystiques (OPK)
Après une recherche rapide sur internet, je comprend très vite qu'il ne va pas être si simple pour moi de tomber enceinte.

Fin mai 2013
Je rencontre un gynécologue spécialiste de l'infertilité.
Après une nouvelle écho, il confirme le diagnostic et me prescrit un bilan sanguin.

Début juillet 2013 : 1ère stimulation
Mes analyses sont correctes
Mon gynécologue me prescrit un traitement pour stimuler mes ovaires (GONAL F)
Une infirmière viendra à domicile me faire les injections.
Cette première stimulation ne donnera aucune ovulation.
On laisse passer l'été.

Octobre 2013
Hystérographie pour moi et spermogramme pour le chéri.
Les examens sont OK.

Novembre 2013 : Nouvel échec
On tente un nouveau traitement (clomid) qui ne donne toujours rien.
Le gynécologue me propose donc un drilling ovarien qui consiste à faire des petits trous dans les ovaires pour évacuer tous les petits kystes qui empêchent toute ovulation.

2 Janvier 2014 : l'opération sous anesthésie générale
La coelioscopie exploratrice a permis de mettre en évidence une endométriose et une grosse infection sur l'ovaire et la trompe gauche.
Le drilling ovarien s'est bien passé

Février 2014 : Bilan post op
Mes ovaires sont redevenus normaux mais mon médecin m'explique que les OPK finiront forcément par revenir. Il faut donc qu'une grossesse s'installe rapidement.

Mars 2014
On retente le clomid qui donne bien une ovulation. J'ai mes règles pour la première fois depuis 1 an.

Avril à juin 2014 : Échec des rapports programmés
Les stimulations ovariennes (sous Fostimon - injections que je réalise moi-même) provoquent bien des ovulations mais toujours pas de grossesse à l'horizon.
On se revoit en septembre pour la prochaine étape : insémination artificielle (IAC).

Juin 2014
Mon moral est au plus bas. Je suis obsédée par cette grossesse qui ne vient pas. Je déprime, me coupe du monde de plus en plus.
 Je décide de faire un break dans le traitement et prend rendez-vous avec une sophrologue pour apprendre à lâcher prise.

Août 2014
Fin des vacances, retour des examens (re bilan sanguin et re spermogramme)
Je vais mieux, je suis plus sereine.

4 septembre 2014 : Rendez vous gynéco
A l'écho, mes ovaires sont toujours normaux mais aucune ovulation à l'horizon (il me semblait pourtant en avoir senti une ... ;-)))) )
Il me prescrit mon traitement de stimulation à commencer à J2 du prochain cycle en vu de l'IAC.

12 septembre 2014 : Toujours pas de règles
Mes dernières règles datent du 13 août. Je suis partagée entre espoir et peur que mes ovaires débloquent à nouveau.
Pendant les courses, j'achète un test de grossesse.

13 septembre 2014
Mon mari ne veut pas que je fasse le test, il n'y croit absolument pas.
C'est la soirée d'anniversaire de ma belle-soeur, je profite de la fête et boit du champagne !

Dimanche 14 septembre 2014 : Un des plus beaux jours de nos vies
En fin d'après midi, sur un coup de tête, je monte dans la salle de bain pour faire le fameux test.
A ma plus grande surprise, en moins d'1 seconde, le "+" tant attendu apparaît.
Mon coeur s'arrête...
C'est le début d'une nouvelle aventure

Avec le recul je me rend bien compte que ce n'est rien par rapport à ce que peuvent vivre d'autres couples. Mais ces mois d'attente m'ont mis plus bas que terre. Heureusement mon mari a été mon pilier, il m'a soutenu, rassurée. 
J'ai eu également la chance d'avoir un médecin compétent qui n'a pas laissé traîner les choses, j'ai été prise en charge très rapidement.
J'espère que cet article pourra donner un peu d'espoir à celles et ceux qui attendent désespérément.
Tout est possible, il faut garder espoir...






mardi 3 novembre 2015

Des progrès !

Je vous ai parlé à plusieurs reprises des (gros) problèmes de sommeil de mon Petit cœur et de mon désespoir face à cette situation.

Entre dodo sur maman, réveil toutes les heures, phase d'éveil au beau milieu de la nuit, et j'en passe... je peux vous dire que j'ai bien cru y laisser ma santé physique et mentale.

Je pensais qu'on ne verrait jamais le bout du tunnel, je ne voyais pas comment les choses pouvaient s'arranger vu a quel point elles étaient catastrophiques.

Puis finalement, c'est arrivé, la nuit du 15 au 16 octobre (oui oui je n'oublierai jamais cette date !!!) mon bébé nous a fait le plus beau des cadeaux : Une nuit complète de 20h à 07h30 ! Oh joie !

Soyons honnêtes, nous n'y avons pas le droit chaque nuit mais depuis 3/4 semaines que de progrès :
- Petit cœur dort TOUTE la nuit dans son lit.
- plus besoin de marcher des heures pour l'endormir (et même depuis quelques jours il s'endort tout seul comme un grand dans son lit)
- il ne mange plus la nuit.
- il se réveille 1 à 3 fois maximum (et on est pas obligés de se lever à chaque fois car il sait se rendormir seul).
- quand il pleure dans son sommeil, il se rendort très vite sans qu'on ait besoin de le prendre dans les bras.
- il n'a plus de phase d'éveil de 2h au beau milieu de la nuit.
- il lui arrive de dormir toute la nuit, sans nous réveiller.

Enfin voilà je pense que nous sommes arrivés à quelque chose de raisonnable (voire normal) pour un bébé de 6 mois et je vous assure que ça se voit sur mon visage !

N.B : J'espère que le fait d'écrire cet article ne va pas nous porter la poisse et que nos prochaines vacances en Corse ne vont pas tout chambouler non plus... (Déjà que le changement d'heure a été un petit peu rude à gérer : vive le réveil a 5h du mat pendant 1 semaine)

Et vous, avez vous mémorisé la date de la première nuit complète de votre bébé ?