mercredi 26 octobre 2016

Faire le deuil d'une grossesse normale

Quand je suis tombée enceinte de mon fils, je ne pensais pas qu'une grossesse pouvait être difficile et compliquée. La quasi totalité de mes amies ont eu des grossesses faciles, sans problème particulier.
Du coup je me suis imaginée vivre la même chose, travailler jusqu'au bout, courir les boutiques pour préparer l'arrivée de bébé ou encore garder une légère activité sportive (piscine, marche...)
Bref dans ma tête être enceinte n'était pas une maladie, et je me voyais garder mes petites habitudes pendant 9 mois avec juste un gros bidon en plus.

Sauf que ça ne s'est pas passé comme ça !
J'ai vécu une première grossesse alitée pour cause de col court et de contractions et malgré toutes les précautions mon fils est né à 34 SA.
J'ai beaucoup culpabilisé, j'ai même vécu de longs mois de déprime au cours desquels je n'ai pas profité de mon tout petit bébé, où je ne me sentais pas à l'aise dans mon nouveau rôle de maman.
Je n'arrivais pas à faire le deuil de cette grossesse. Je n'étais pas prête à ce qu'elle se termine si vite. Pour moi, j'avais échoué et l'échec je n'aime pas ça !

J'ai donc très vite éprouvé le besoin de retomber enceinte, un peu pour réécrire l'histoire. 
Je voulais en fait terminer cette grossesse écourtée. 
Je voulais y arriver, je voulais mener une grossesse à terme, je voulais préparer la chambre de mon bébé, je voulais courir les boutiques, je voulais faire la valise de maternité, je voulais vivre un séjour en maternité avec un beau bébé joufflu de 3,600Kg, je voulais ramener un petit bébé de 3 jours à la maison.
Je voulais une grossesse normal.
De toute façon avec mon mari nous voulions des enfants rapprochés, où était donc le mal ?
Mon gynécologue était d'ailleurs rassurant en me disant que maintenant que mon utérus avait bien été étiré, il ne devrait pas être autant contractile, une seconde grossesse devrait donc se passer normalement. 
Tout était donc possible et je voulais plus que tout vivre cette seconde grossesse normalement.

Sauf que vivre une nouvelle grossesse alors que j'étais au plus mal, franchement ce n'était pas l'idée du siècle ! Heureusement j'ai accepté de me faire aider, j'ai vu une psy, et enfin la culpabilité m'a quitté, enfin je retrouvais le sourire et je pouvais profiter de mon rôle de maman.

Mais l'envie d'un petit deuxième était pourtant toujours présente, plus vraiment pour les mêmes raisons même s'il faut bien se l'avouer, j'espérais quand même ne pas revivre la même histoire (aussi bien niveau grossesse que premiers mois de vie de bébé).

Le projet bébé était donc bel et bien lancé en ce début d'année et en avril me revoilà donc enceinte !

Sauf que je ne fais jamais les choses simplement et lors du premier rendez-vous ce n'est pas un mais deux petits coeurs qui battaient.
Mon gynécologue a fait une tête qui en disait long et j'ai bien compris que cette grossesse ne pourrait finalement pas être simple.
Il m'a tout de suite fait comprendre qu'il fallait que je me ménage et qu'un accouchement à terme était un rêve quasi inaccessible...

Mais cette fois-ci, c'était décidé, je n'allais pas me laisser abattre ! Pas de déprime, pas de stress, pas d'angoisse, hors de question que je sois dans le même état que ma première grossesse. 
J'ai été arrêtée très tôt, je me suis économisée dès le début, peut-être qu'avec un peu de chance je pouvais y arriver ... Et même si je devais être au repos complet à un moment donné, mon moral suivrait !

J'ai tenu, mon corps a tenu jusqu'à 28 SA. Mon col se maintenait à un niveau plutôt pas mal (autour de 30mm) j'avais des contractions mais beaucoup moins que pour ma première grossesse. Bref ça allait.
Et puis le mois d'octobre est arrivé, mon fils est tombé très malade (plus de 41 de fièvre), j'ai du faire des allers-retours à l'hôpital, passer la nuit assise sur une chaise.
La semaine d'après j'ai eu la bonne idée de confondre du spasfon avec de l'ibuprofène. Rebelote, on retourne aux urgences. Beaucoup de stress, beaucoup de pleurs...
Ensuite je tombe malade, fièvre, toux, éternuement, contractions...
Bref un enchaînement d'événements qui n'ont peut être rien à voir avec le fait que d'un coup mon col se soit beaucoup raccourcit et ouvert, mais le résultat est là.
Maturation des poumons - Contractions - Col riquiqui (8mm) -  Hospitalisation

Voilà, même si je m'y attendais, et que j'étais très bien préparée à cette éventualité, le rêve s'est envolé.
Ma grossesse ne se passe pas normalement et une fois de plus je n'ai pas eu le temps de préparer quoique ce soit. 
Je vais probablement être hospitalisée jusqu'à l'accouchement (ce qui veut dire que je ne reverrai peut-être pas ma maison puisque nous devons déménager fin novembre) et il y a de très fortes chances que mes bébés naissent trop tôt et peut-être même plus tôt que mon fils.

Malgré tout j'ai le moral et j'essaie de rester positive.

Néanmoins une chose est sûre, cette grossesse sera la dernière, je ne veux plus revivre tout ça et mon mari non plus d'ailleurs. Et puis de toute façon 3 enfants c'est super c'est ce qu'on voulait. 

Aujourd'hui mon seul souhait est de tenir le plus longtemps possible et d'avoir des bébés en bonne santé.
Je ne pense pas culpabiliser cette fois-ci, je sais que je fais mon maximum pour eux mais après on ne maîtrise pas la chute des hormones ! Une chose est sûre toutefois,  je n'hésiterai pas à demander de l'aide tout de suite si je sens que ça ne va pas.

Voilà, je n'aurais donc jamais vécu une grossesse "normale", c'est comme ça, c'est notre histoire.
Je dois tirer un trait dessus, je dois faire le deuil d'une grossesse idéale. C'est une chose que je ne vivrais jamais.
Et vous allez peut être trouver ça bête mais un de mes plus grands regrets, c'est de ne pas avoir eu le temps de faire ma séance photo qui devait avoir lieu ce weekend... C'est futile mais ça me rend triste !

Je ne manquerai pas de vous raconter la suite de cette deuxième grossesse et en attendant croisez tous vos doigts très fort pour nous !


ET VOUS DES REGRETS DE VOS GROSSESSES ?

Non ce n'est pas moi sur la photo ;-)))

14 commentaires:

  1. Ton article m a un donné envie de pleurer tellement je te comprends :( ... Moi non plus je n ai toujours pas accepté ma fin de grossesse, mon alitement, la prématurité meme légère, l allaitement foiré, la jaunisse... J ai beau savoir qu aujourd hui mon fils va bien ca reste une plaie mal cicatrisée. Je ne me fais pas trop d illusions pour une eventuelle deuxieme grossesse de mon coté ma gyneco m a dit que l histoire risquait fort de se renouveler. J espère que ca ira quand meme mais pour etre honnete c est quelque chose qui m inquiete beaucoup quand meme. En tout cas je pense fort à toi j espère que tout ira bien malgrè les difficultés. Et puis la grossesse il faut voir ca pour ce que c est : juste une étape. Après tu auras toute la vie pour etre une maman au top du top :) ! Et faire des photos avec des bebes en vrai c est super aussi ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi jy ai cru ! J'ai cru que ça pouvait se passer différemment même en attendant des jumeaux.
      Je comprends ton angoisse car une deuxième grossesse ça signifie qu'il y a déjà un enfant à la maison et cest beaucoup plus dur de se reposer on culpabilise de pas pouvoir s'occuper de lui, de ne pas pouvoir le porter...
      Je te souhaite que ça se passe mieux cette fois ci et si jamais l'histoire se répète, essaie comme moi de rester positive malgré tout !
      Comme tu dis ce n'est qu'une étape mais je crois qu'on oubliera pas malheureusement que ça n'a pas été facile !
      Pour les photos, encore faut il qu'ils ne naissent pas trop tôt ...

      Supprimer
  2. Ayant eu des grossesses idylliques, je ne peux pas t'aider ...
    Si ça peut te rassurer, ma maman n'a jamais eu de grossesse normale non plus : stimulation ovarienne, grossesse gémellaire, une map à 4 mois, une hospitalisation à 6 mois 1/2 et un accouchement à 34Sa (avec néonat, donc) pour la première, grossesse spontanée, cerclage et 8 mois d'allitement (avec deux jumelles de 2 ans dans les pattes) pour la seconde. Et l'interdiction médicale de tenter une troisième grossesse (son plus gros regret en terme de maternité). Mes parents ne nous ont jamais rien caché de cette période. Je ne sais pas si ma maman en garde une certaine forme de culpabilité, mais moi, je suis très fière de son parcours et de tout ce qu'elle a fait pour nous avoir ��
    Voilà pour mon petit témoignage "de l'autre côté du miroir"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage. Ta Maman était bien courageuse de vouloir tenter une troisième grossesse !
      Je ne cacherai pas non plus à mes enfants ces moments difficiles. Et jespere que ma fille aura la chance tout comme toi de vivre des grossesses idylliques. Comme quoi, ça na pas lair génétique !

      Supprimer
  3. Je suis triste de te lire parce que je me rappelle comment ça a été dur pour ma soeur. Et j'avoue j'ai cette petite appréhension aussi pour une première grossesse.
    Quand à la séance photo je te comprends à 100% je crois que je la programmer ais assez tôt pour être sure de pouvoir la faire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta sœur a aussi eu une grossesse compliquée ?
      J'espère que tu n'auras pas à vivre ça mais tu as raison programme tôt ta séance photo si ça te tient à cœur ;-)))

      Supprimer
  4. Ohhhh ma pauvre, je suis triste pour toi lorsque je vois que ton rêve d'une grossesse simple s'est envolé... Avoir des jumeaux après un bébé né prématurément était justement ma crainte et c'est ce qui t'est arrivé... Je comprends que vous ne vouliez plus revivre ça, mais qui sait ? L'avenir vous réserve peut-être des surprises ^^

    Même si tu es hospitalisée et que ce ne doit pas être facile à accepter, je te souhaite quand-même une belle fin de grossesse. Que ces petits bouts restent au chaud le plus longtemps possible et viennent au monde en bonne santé !

    Pour remédier à la séance photo que tu as raté à cause de cet imprévu, demande au papa de prendre des photos de ton bidon pour en garder un souvenir :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur qu'avoir des jumeaux étaient loin d'être la solution la plus simple après un bébé prématuré.
      Malgré tout je vois cette grossesse comme un cadeau et jai tout de suite était contente d'apprendre qu'on aurait deux bébés !
      Après c'est sur que jai tout de suite su comment ça finirait mon gynéco ne m'a rien caché. Des le premier rdv il m'a dit "on vise les 32SA"...
      Pour l'hospitalisation le plus dur est de pas voir mon fils et d'être un peu trop focalisé sur tout ce que je ressens. La moindre contraction, la moindre douleur me fait peur..
      Pour la séance photo malheureusement mon mari n'est pas photographe pour un sou et le décor chambre d'hôpital n'est pas génial !
      Finalement ca n'est pas grave la seule chose qui m'importe c'est la santé de mes petits bébés !
      Et pour une autre grossesse franchement ca m'étonnerait vraiment !!! Avec la chance que jai je ferai des triplés ;-)))

      Supprimer
    2. Ah mais c'est sûr que c'est merveilleux d'avoir deux bébés d'un coup :-) Ce sera du travail, mais aussi tout en double : la fierté à chaque nouveau progrès, les câlins, les bisous etc... ^^)

      Rhooo dommage pour les photos... Mais comme tu dis, tout ce qui compte c'est la santé de tes bébés ! Le reste, c'est secondaire !

      lol pour les triplés ;-) Ce serait exceptionnel !

      Supprimer
  5. Ton article me serre le cœur, je comprends ce sentiment de devoir faire le deuil d'une grossesse "normale"... Je savais que ma deuxième grossesse serait compliquée, je m'y étais préparée, mais quand j'ai appris qu'en + c'était des jumeaux je t'avoue que je me suis dis un moment "ô non, ça en +...". Mais c'est comme ça ! En tout cas, ton "J'ai donc très vite éprouvé le besoin de retomber enceinte, un peu pour réécrire l'histoire" résonne beaucoup en moi. J'ai d'ailleurs évoqué le sujet dans mon article du jour... Moi aussi je voulais apaiser certaines choses avec cette nouvelle grossesse, je ne suis pas sûre que ça le fera...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUI j'ai lu ton article du jour et jy ai trouvé beaucoup de similitude !
      Nos histoires ne sont pas les mêmes mais se ressemblent beaucoup finalement.
      Moi aussi quand jai su que j'attendais des jumeaux j'étais aux anges mais tres vite une sonnette d'alarme a retenti dans ma tête !
      Cest comme ça, malgré tout j'en ai profité et jen profite encore à fond ! Mais comme tu dis elle n'aura pas pu tout réparer et jai même bien peur de vivre pire niveau naissance des bébés. Enfin on verra...
      Jespere que ta grossesse gemellaire se finira mieux que la mienne et surtout que tu auras des petits bouts en pleine santé !

      Supprimer
  6. Coucou ! Je découvre ton blog grâce à Die Franzoesin (les amies de mes amies sont mes amies;-)
    Je suis bien désolée pour toi et je te rassure, on doit tous faire le deuil de qqch dans la maternité : un allaitement raté, un accouchement catastrophe, ou une grossesse compliquée... Tout cela est difficile, mais on arrive à passer à travers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ! Ravie de te lire sur le blog et surtout grâce à la talentueuse Die Franzoesin !
      Tu as raison, on vit tous des regrets et pas forcément que pendant la grossesse !
      On ne peut finalement rien réparer, comme tu dis il faut juste réussir à passer à autre chose...

      Supprimer
    2. Oh mais de rien ! J'aime bien découvrir des nouveaux blogs et des nouvelles blogueuses ;-)

      Supprimer