mercredi 30 novembre 2016

Grossesse 2 : Bilan semaine 34 à 36

Alors là, croyez moi sur parole, je ne pensais vraiment pas faire le bilan 
de ces 2 semaines là !

36SA !! J'ai vraiment du mal à y croire :-)))


Ce qu'il s'est passé


  • Je suis sortie de l'hôpital 
  • J'ai revu mon gynéco habituel qui m'a programmé une césarienne le 12/12 (je le pensais fou lorsqu'il m'a annoncé cette date il y a 2 semaines !)
  • Il a mesuré le poids des bébés et a trouvé une mesure un peu farfelu pour mon fils (on verra qui visait juste à la naissance...)
  • Mon mari a organisé ma séance photo de grossesse tant regrettée ! Au vu des premiers clichés, le résultat promet d'être top.
  • J'ai dépassé le terme auquel j'ai accouché de mon fils (34+3) et j'ai été émue plus que je ne l'aurais pensé
  • A 35 SA, je suis retournée à l'hôpital pour des examens et j'ai passé 4h assise sur une chaise plastique sans boire ni manger. Je crois bien qu'ils avaient oublié qu'une semaine avant j'étais hospitalisée pour MAP... 
  • J'ai du retourner aux urgences 2 jours plus tard à cause d'un mauvais coup dans le ventre. Les bébés vont bien malgré une prise de sang qui a révélé un faible taux de leur sang dans mon sang. (oui oui je les enchaîne...). Après un contrôle 2 jours plus tard, le test était cette fois-ci négatif. Et j'ai encore passé 2h sur une chaise en plastique...
  • Nous avons déménagé nos meubles et cartons et cette semaine nous vivons avec le strict minimum en attendant la signature de la vente définitive de notre maison. (et si j'ai pas accouché d'ici là, je vais aller vivre chez ma belle-mère... j'angoisse... un jour je vous raconterai)
  • Mon grand bébé nous fait des nuits bien pourries histoire de nous mettre dans l'ambiance pour l'arrivée des bébés (il est perturbé par le déménagement et a un bon rhume de surcroît ! ceci explique cela)

Côté maman


  • +14 kilos et 107 cm de tour de taille
  • Mes analyses de sang au niveau du foie sont correctes
  • Toujours énormément de contractions, parfois toutes les 3 min mais toujours non douloureuses
  • Mes seins coulent de plus en plus, et vraiment c'est un phénomène qui ne ne m'avait pas manqué...
  • J'ai recommencé à bouger mais mon corps ne suit pas : une toute petite virée shopping et me voilà courbaturée de la tête aux pieds.
  • Je suis très fatiguée et les nuits précitées n'arrangent rien à mon état.
  • Mon ventre me fait mal et a une ampleur qui me complexe vraiment (merci aussi aux gens qui m'ont dévisagé et montré du doigt...)
  • J'ai très hâte de voir mes bébés et pour être franche, ça y est, j'ai bien envie que cette grossesse se termine...
  • Bon, bien sûr s'il faut tenir jusqu'au 12/12 ok... mais j'ai quand même expliqué aux bébés que 37SA c'était très bien et s'ils veulent arrivés quelques jours avant la date prévue par le doc pas de problème (allez les bébés le 7/12, c'est une bien belle date pour naître, non ?) !


Côté bébés


  • A 35SA, à l'hôpital, ils pesaient 2,260 kg et 2,300 kg
  • Ils se portent à merveille, et on visiblement encore pas mal de place pour bouger
  • Je sens qu'ils prennent beaucoup de force, leurs coups deviennent vraiment puissants
  • Mon ventre se déforme de façon impressionnante sous leurs mouvements. Je m'amuse d'ailleurs à poser des objets dessus pour qu'ils les fassent bouger !
  • J'ai  toujours un peu de mal à différencier à qui appartient les mouvements que je sens 
  • Par contre j'arrive désormais à identifier leur rythme de vie et de sommeil, et je crois qu'ils vont être lève tôt comme mon grand !
  • Bien sûr ils sont toujours en siège...

Cette fois-ci c'est certain, le prochain bilan ne fera pas 2 semaines puisque dans maximum 13 jours, nos petits bouts seront là !




Objectif 37 SA maintenant pour enfin sortir de la prématurité ....
Alors d'après vous est-ce qu'on va y arriver ???
On lance les paris sur la date d'accouchement ?

vendredi 18 novembre 2016

Grossesse 2 : Bilan semaines 32 à 34

Comme je n'ai absolument aucune idée de combien de temps ma grossesse va encore durer, je préfère ne pas prendre trop de risque et me limiter à un petit bilan de ces 2 dernières semaines.


Côté moral

Au tout début de la semaine 32, j'ai donc appris que j'allais devoir rester hospitalisée encore 2 semaines, à cause de mon col qui continue de se modifier et franchement ces 2 semaines ont été horriblement longues et mon moral a un peu (beaucoup) flanché surtout les derniers jours.

Il faut dire que les médecins y ont été pour beaucoup, puisqu'à 3 jours de mettre enfin le pied dehors, ils ont évoqué la remise en cause de ma sortie... 

En plus, mon fils montrait clairement des signes de colère et de protestation lorsqu'il venait me voir... Pas de câlin, des pleurs et des tapes... Autant vous dire que je n'en menais pas large dès qu'il quittait ma chambre. (je vous rassure, 2 jours après ma sortie, il est redevenu le fils à sa maman :-))))

Par chance et pour mon plus grand bonheur, j'ai enfin été libérée le 16 novembre, à 34 SA tout pile. En plus du poids de l'hospitalisation qui s'est envolé, je sais maintenant que les bébés ont la maturité pulmonaire et qu'ils ne risquent quasiment rien.
Et puis 34SA je connais, mon fils est né à ce terme.
Je suis vraiment soulagée, je n'ai plus peur et j'ai désormais l'espoir de pouvoir bénéficier de l'unité kangourou et donc de ne pas être séparée des mes petits amours.


Côté Maman

Bien évidemment toujours des contractions. A chaque monito c'est 1 à 2 par 10 minutes mais en dehors de cet examen que je commence à détester, j'en ressens beaucoup moins. En fait ça dépend vraiment des jours.

A la sortie, mon col faisait 18 mm mais il est ouvert d'un doigt sur toute la longueur.
Pas de bébé qui appuie dessus puisqu'ils sont tous les 2 en siège.
Pour mon gynéco (que j'ai vu le lendemain de ma sortie), c'est donc la rupture de la poche des eaux qui va déclencher l'accouchement puisqu'elle est désormais à l'air libre.

Aucune idée donc de combien de temps ça peut tenir... A priori longtemps puisqu'il a programmé la césarienne (bébés en siège oblige) le 12 décembre !

Niveau douleur, ça devient difficile à tenir et à supporter. Mon gros bidon me fait mal...
Il faut dire que j'ai 2 têtes coincées sous mes côtes droites. Je n'arrive donc plus à rester assise, surtout durant les repas. Très pratique par contre pour le repos !

Niveau sommeil, les insomnies ont fait leur apparition. Je suis réveillée à 4h du mat quasiment tous les jours et je n'arrive pas à me rendormir d'autant plus que je souffre de remontées acides vraiment douloureuses...

Sinon, je ne sais plus si je vous en ai parlé mais lorsque j'ai été hospitalisée, on m'a découvert une grosse anémie. J'ai donc eu le droit à des injections de vitamine B12 (dans les fesses :-((( )  pendant 10 jours et à des comprimés de fer.
A ma sortie, mon bilan sanguin était convenable mais je dois voir un gastro entérologue pour cette histoire de malabsorption de la B12. Affaire à suivre donc

Enfin, dernière chose niveau santé, et c'est ce qui a bien failli remettre en cause ma sortie, c'est que j'ai commencé à beaucoup me gratter surtout la nuit parfois même à m'empêcher de dormir. Les médecins ont donc suspecté une maladie du foie (la cholestase gravidique)
J'ai eu un premier bilan qui était négatif. Le deuxième est encore en cours c'est pourquoi je dois retourner la semaine prochaine au CHU pour une hospitalisation de jour.

Côté bébés

Ils vont parfaitement bien, bougent toujours beaucoup. Ils ont en fait (malgré ce que je peux ressentir) encore beaucoup de place puisque il y a toujours une grande quantité de liquide amniotique

A 33 SA :  ils pesaient 1,950 kg et 1,940 kg
A 34 SA : 2,543 kg et 2,183 kg -> la magie du changement de médecin !


Côté chiffres

A 34 SA j'en suis  à +14 kg et 105 cm de tour de taille




jeudi 10 novembre 2016

Allaiter des jumeaux : LA grande question

Et oui cette fois-ci, l'allaitement est un grand point d'interrogation pour moi.

Autant pour mon premier, je savais que je voulais me lancer dans l'aventure, aucun doute. 
D'ailleurs jusqu'à ce que j'apprenne que j'attendais des jumeaux, je ne m'étais absolument pas posé la question, bien sûr que j'allaiterai mon deuxième bébé et j'espérai au moins aussi longtemps que le premier.

Mais voilà, dès que j'ai su... le gros doute.



Déjà parce que mon gynéco m'a tout de suite fait comprendre que je risquais très fortement d'accoucher prématurément du fait de ma grossesse gémellaire.
Alors oui j'ai déjà réussi à allaiter un bébé prématuré mais franchement la pression, le stress, les tétées pesées, le tire-lait, les bouts de sein en silicone, la néonat ...  je ne sais pas si j'aurai le courage de repasser par toutes ces épreuves... surtout multipliées par 2...

Ensuite la fatigue. Oui parce que forcément fatigue il y aura. 
2 nouveaux-nés, 1 petit garçon de 19 mois. 
Ca sent les journées chargées et les nuits chaotiques d'autant plus que mon mari risque fort d'être absent la semaine quelques temps en raison de déplacements professionnels.
Vais-je pouvoir assurer ??

Et enfin, l'organisation. 
J'ai l'impression qu'allaiter des jumeaux c'est passer son temps avec un bébé au sein et personnellement j'ai un peu de mal avec ça.
J'ai besoin d'avoir du temps pour moi et de ne pas être dévouée 24h/24h aux besoins alimentaires et de succions de bébé... et surtout je veux rester disponible pour mon grand, je veux pouvoir passer du temps rien qu'avec lui. Je veux qu'il ait des moments où il n'a pas à partager sa maman.


Bon tout ça c'est le côté obscur de la force ! 


Parce que quand même, il faut le dire, au fond de moi bien sûr que j'aimerai être capable de donner le sein à ces deux petits bébés à venir.

J'aimerais que comme leur frère, ils profitent de tous les bienfaits du lait maternel.
J'aimerais retrouver cette sensation unique de douceur, ce pouvoir magique qui calme bébé en un rien de temps, ce lien indescriptible qui se tisse...
J'aimerais à nouveau pouvoir nourrir mes bébés en un rien de temps, à n'importe quel endroit sans avoir à nettoyer, stériliser, transporter des doses de lait et d'eau, et sans me soucier de comment vais-je bien pouvoir chauffer ce maudit biberon !
Et puis donner le sein, c'est prolonger la grossesse, continuer encore un peu ce moment unique dans la vie d'une femme... 

Oui j'aime allaiter, j'y trouve bien plus d'avantage et je pense que je le regretterai si je ne le tentais pas à nouveau.

Alors cette fois-ci, je vais éviter de reproduire les mêmes erreurs que pour mon premier.
Je vais être plus sereine, et je ne vais pas me prendre la tête.

Si mes bébés naissent à un terme raisonnable et qu'ils savent téter, BINGO. 
Je les allaiterai tant que cela restera un plaisir pour moi. 
Dès que je me sentirai trop fatiguée ou dépassée, je les sèvrerai en mettant doucement en place un allaitement mixte.
Et sûrement que ces bébés me montreront un autre allaitement. Je ne revivrais peut-être pas le RGO de mon fils qui le poussait à réclamer sans cesse et qui était pendu à mes seins à longueur de journée et de nuit.

En revanche, une chose est sûre, s'ils naissent beaucoup trop tôt, je ne tenterai pas la mise au sein. Les tétées pesées m'ont vraiment trop traumatisées.
Par contre je tirerai mon lait qu'ils prendront au biberon. Le temps qu'il faudra...

Voilà, à quelques semaines (ou jours) d'accoucher, je pense avoir pris ma décision. 
Tout dépendra donc de la suite des événements

De votre côté, avez-vous (ou aviez-vous) une position bien définie concernant l'allaitement ?
Future maman de jumeaux, que comptez-vous faire ?
Et les mamans de jumeaux qui allaitent, rassurez-moi, dites moi que c'est possible sans y laisser sa peau !



samedi 5 novembre 2016

Grossesse 2 : Bilan 7ème mois

Si jusque là, je vivais ma grossesse gémellaire plutôt tranquillement : au repos mais pas strict, des contractions mais raisonnablement, un col mi-long mais stable. 

Tout s'est malheureusement très vite dégradé...

L'histoire a commencé alors que j'ai eu la fâcheuse idée de confondre spasfon et ibuprofène.
Après un petit tour aux urgences, je dois faire dans la semaine qui suit une écho de contrôle pour vérifier le coeur et les reins de bébés.

A 29SA, je fais la fameuse écho. Je suis rassurée, les bébés vont bien, pas de malformations, pas de souffrance. Ils pèsent dans les 1,400 Kg.
Comme j'ai abusé des transports ces dernières semaines et sachant mon col fragile, je profite de ce rendez-vous pour demander à l'échographiste de vérifier que tout va bien a ce niveau là.
Bilan : col à 20mm (alors qu'il était presque à 30 la semaine passée) et surtout ouvert en entonnoir...
Je contacte donc mon gyneco qui me prescrit les injections pour la maturation des poumons à faire dans le weekend et qui m'impose désormais un repos strict...

Le vendredi, j'ai donc ma première injection à domicile. 
Le samedi matin, beaucoup de contractions qui finissent pas se calmer dans l'après midi.
Le dimanche matin, deuxième injection. Et rebelote, dans la nuit, à partir de 4h du mat', contractions, pas douloureuses, mais cette fois-ci régulières, toutes les 5 minutes.
Le réveil de mon mari sonne à 6H15. Les contractions n'ont pas cessées. Je lui annonce donc que je risque fortement de le faire revenir du travail pour faire un petit tour aux urgences (sauf qu'il travaille à 1h de la maison)
Vers 6h45, il part déposer Petit Coeur chez la nounou et prend la route pour le travail.
Après réflexion, je sens que ça va pas trop et je ne préfère pas prendre de risque, je demande donc au chéri de faire demi-tour. 

A 9H nous sommes aux urgences. Le monito montre bien la présence de nombreuses contractions et après une petite écho, mon col est à 16mm. On me fait également un prélèvement (fibronectine) qui permet de donner une indication de risque d'accouchement dans les 2 semaines, il revient négatif.

Comme je m'y attendais, ils préfèrent me garder pour me faire une cure de tractocyl afin de stopper les contractions. On me pose donc une perfusion pour 48h.

Le mercredi, à 30 SA, le médecin refait tous les tests. Résultat, plus de contactions mais le col est à 8-10 mm et cette fois-ci la fibronectine est positive (8% de risque d'accoucher dans les 15jours).
On me garde donc jusqu'au prochain contrôle à 32SA avec 2 monitorings et 1 bilan infectieux par semaine.

A 31 SA, j'ai le droit à une nouvelle écho. L'hôpital veut contrôler par lui même qu'il n'y ait pas de séquelles liées à la prise de l'ibuprofène (avec tout ça j'en avais presque oublié cette histoire !)
J'ai rendez-vous avec un spécialiste du dépistage des pathologies anténatales (la classe !)
Pas de soucis au niveau des bébés. Ils sont en pleine forme, bougent bien, même beaucoup !
Ils pèsent près de 1,600kg.
Et chose trop marrante que je ne pensais pas voir un jour, mon petit garçon a fait pipi en direct... Trop drôle !
Bref cette fois-ci plus d'inquiétude à avoir niveau ibuprofène, cela fait 3 semaines que j'ai pris les cachets et aucun soucis. Le dossier est clos.

Enfin les 32 SA arrive, on sort enfin de la grande prématurité (victoire !)

Mon col est plus long (20mm) mais ouvert sur quasiment toute la longueur. Il ne reste plus que quelques mm vraiment fermés et pour ce qui est de la fibronectine, elle est toujours positive, légèrement augmentée mais rien d'alarmant pour autant.
Donc comme je m'y attendais (les sages femmes m'avaient plutôt préparée à cette éventualité) ... Pas de sortie possible. Entre ma précédente grossesse, mon accouchement prématuré, ma grossesse gémellaire, les contractions toujours présentes, mon col, la fibronectine, ils ne veulent prendre aucun risque, ce que je comprends bien.

Me voilà donc coincée à l'hôpital jusqu'à 34 SA. 

Le temps commence à se faire long... Mon fils, mon mari, ma maison me manque ...
J'ai mal partout à être coincée sur ce lit d'hôpital sans compter sur un petit loulou qui s'amuse à faire des cabrioles sous mes côtes (aïe!). En plus pas de réconfort à trouver dans les repas... vous savez de quoi je parle ! et côté sommeil... Bref je suis pas à la maison...

Malgré tout je garde le moral, je sais que chaque jour, chaque semaine est important pour mes petits bouts et à choisir je préfère largement être là plutôt que faire des allers-retours à la néonat' pendant de longues semaines.
Le plus dur bien sûr c'est pour mon fils, il me manque et j'ai peur que ma longue absence casse le lien entre nous. J'ai peur qu'il m'en veuille, qu'il m'oublie, qu'il ne m'aime plus :-(((

Allez sur ce je vous laisse sur cette magnifique photo prise dans un merveilleux décor ! ;-)))



Niveau chiffre : A 32 SA j'en suis à +11kg et 105 cm de tour de taille

A bientôt pour la suite de l'aventure !


Et si vous voulez en savoir plus sur l'évolution des bébés durant ces 4 semaines, allez jeter un oeil sur le site allobébé.

18 mois pour mon Petit Coeur

Ca y est c'est officiel, mon petit bébé devient un petit garçon !


Niveau poids et taille : 

Pas de grande évolution niveau poids puisqu'il fait tout juste 10 kg.
Il mesurait 81 cm lors de la visite chez le pédiatre à 17 mois.


Niveau évolution, motricité et développement

Les séances chez le kiné sont désormais bien loin dernier nous puisque depuis ses 15 mois et demi il marche !
Et quel changement, le monde s'est ouvert à lui et ça a complètement changé notre petit garçon qui est bien moins frustré qu'auparavant.

Il a enfin accès à tout ce qu'il veut, il ouvre tous les tiroirs et toutes les portes, veut monter les escaliers, escalader le canapé... Il commence même à courir !

Depuis quelques jours il danse !! Croyez-moi sur parole, c'est à mourir de rire :-))))
D'ailleurs, il est trop mignon quand il nous tend l'enceinte pour qu'on lui mette SA musique. (celle qui préfère c'est Don't you know de KUNGS - très à la mode mon fils !)

Il empile les cubes, les anneaux, mais son jeu préféré reste bien de tout mettre par terre.

Il adore jouet au ballon et avec ses petites voitures, un vrai petit mec !

Mais ce qu'il aime plus que tout c'est aller dehors, jouer au parc, faire du dada et du toboggan, voir d'autres enfants...



Niveau élocution et compréhension 

Toujours pas de mot à l'horizon mais pas d'inquiétude à avoir. Selon la pédiatre il a tellement grandit et progressé niveau moteur qu'il ne peut pas tout faire en même temps.
En plus on voit bien qu'il comprend ce qu'on lui dit, il sait répondre à un ordre simple ou trouver un objet par exemple.
Ces derniers jours on a vraiment l'impression qu'il cherche de plus en plus à parler. Il baragouine des petites phrases avec des intonations. Il est très expressif.
A mon avis la parole et les premiers "vrais" mots ne vont pas tarder !

Niveau alimentation 

C'est la grosse cata. Il refuse catégoriquement les légumes et ne se nourrit que de fromage, yaourt, compote et gâteau.

Je ne m'inquiète pas plus que ça, il grandit bien et je sais que c'est souvent qu'une passade. J'espère juste que ça ne va pas durer trop longtemps.

Sinon, il gagne en autonomie puisqu'il cherche à manger seul avec ses doigts et avec la cuillère. Bien sûr il faut qu'il perfectionne son geste car pour le moment ça part plus à côté que dans la bouche !


Niveau sommeil


Gros progrès depuis que nous avons remis de l'ordre dans les couchers.
Désormais il s'endort dans son lit, sans pleurer, en une dizaine de minute par contre il a encore besoin de notre présence dans sa chambre mais j'ai bon espoir que bientôt il puisse s'en passer.

Il ne se réveille quasiment pas la nuit. Bien sûr si la journée a été un peu chargée ou un peu trop différente de d'habitude il lui arrive de faire des cauchemars et d'avoir besoin d'un petit câlin mais en général les nuits sont bonnes. (sauf maladie bien sûr et la ça fait 2 bonnes semaines qu'il traîne...)

Il reste un lève tôt, entre 6h30 et 7h30, jamais plus tard...

Côté sieste, il n'en fait plus qu'une par jour en tout début d'après midi. 2 bonnes heures environ


Et sinon

Il a 12 dents
Les canines sont entrain de sortir, et je crois qu'on va les sentir passer...

Il ne se rend pas vraiment compte de l'arrivée très prochaine des jumeaux et j'angoisse un peu de sa réaction. D'autant plus que nous allons déménagé en même temps et j'ai donc vraiment peur de le perturber.

Il fait une tête toute mimi quand il est vexé ou quand on lui dit "non", mais il ne faut pas céder !!! Il sait y faire !

Il est dans une période ou il tape un peu (lui même et nous) alors on ne se laisse pas faire. Il semble d'ailleurs comprendre que c'est pas bien puisque quand il le fait généralement après il vient nous faire  un gros câlin.

Il est bien loin mon bébé qui pleurait à longueur de journée, qui ne supportait pas d'être seul et ne voulait que les bras. Aujourd'hui c'est un petit garçon très mignon et souriant, toujours entrain de rigoler. Bon on est d'accord il garde quand même un bon caractère !.




Ah qu'est-ce que je l'aime <3